LE LAC TANGANYIKA : SECTEUR D’INVESTISSEMENT PRESQUE VIERGE

LE LAC TANGANYIKA : SECTEUR D’INVESTISSEMENT PRESQUE VIERGE

Dans l’objectif de rassembler les potentiels investisseurs et parties prenantes pour leur expliquer les différentes opportunités d’investissement sur le lac Tanganyika et les efforts déjà consentis par le Gouvernement, l’Agence de Promotion des Investissements API, en collaboration avec l’Autorité Maritime, Ferroviaire et Portuaire a organisé vendredi 31 janvier 2020 au Best Outlook Hôtel, un atelier de sensibilisation des parties prenantes et potentiels investisseurs sur les opportunités d’investissement qu’offre le lac Tanganyika.

panDe G à D: M. Désiré MUSHARITSE, Directeur  de l'API; M. Bonaventure NINTERETSE, Directeur Général de l’Economie au Ministère des Finances, du Budget et de la Coopération au Développement Economique; et le représentant du Ministère des transports, des travaux publics, de l’équipement et de l'aménagement du territoire

En introduisant son discours de bienvenue, le Directeur de l’Agence de Promotion des Investissements, Monsieur Désiré MUSHARITSE, a remercié les participants pour leur présence et leur a rappelé que la mission de l’Agence de Promotion des Investissements est de promouvoir les investissements et les exportations. Il a souligné que les investissements sur le lac Tanganyika promettent aux investisseurs un retour rapide sur l’investissement car c’est un secteur presque vierge non encore très bien exploité et que pour le Gouvernement, c’est un secteur qui présente une opportunité de création de plusieurs emplois pour la population burundaise.

Monsieur Bonaventure NINTERETSE, le Directeur Général de l’Economie, qui a représenté Son Excellence Monsieur le Ministre des Finances, du Budget et de la Coopération au Développement Economique dans cet atelier, a ouvert les activités de l’atelier. Dans son discours d’ouverture, Monsieur Bonaventure NINTERETSE a saisi l’occasion pour féliciter les deux institutions d’avoir organisé cet atelier et a incité les investisseurs à s’intéresser sur les opportunités qu’offre le lac Tanganyika.

Au cours de l’atelier, cinq présentations ont lieu et avaient pour but principal de donner assez d’informations aux investisseurs potentiels qui peuvent s’intéresser aux multiples opportunités du Lac Tanganyika.

jcM. Jean Claude NTIBANENEJE, Cadre d’Appui au Service de Promotion des Investissements à l’API

La première présentation était axée sur les opportunités d’investissements et avantages du Code des Investissements et a été effectuée par Monsieur Jean Claude NTIBANENEJE, Cadre d’Appui au Service de Promotion des Investissements à l’API. Il est revenu sur la mission de l’API et les fruits de l’investissement. En ce qui concerne les opportunités d’investissement au Burundi, il a énuméré les avantages fiscaux et non fiscaux, et a donné quelques renseignements sur les secteurs prioritaires.

amM. Alexandre NKESHIMANA, Statisticien à l’Autorité Maritime, Ferroviaire et Portuaire

Après cette présentation, Monsieur Alexandre NKESHIMANA, Statisticien à l’Autorité Maritime a présenté les opportunités et les facilités liées à l’investissement sur le lac Tanganyika. Il a montré que le transport dans le lac concerne principalement les échanges de marchandises en vrac entre 4 pays riverains. Il a aussi démontré que le transport côtier serait facile car sur le côté burundais, il y a 3 ports : Port de Bujumbura, Port de Rumonge et port de Kabonga à Makamba. Enfin, il a signalé qu’actuellement il y’a pas de transport de personnes dans le lac Tanganyika.

MMme Beatrice N Marwa, Directrice chargée de la pêche à l’Autorité du Lac Tanganyika

La troisième présentation était celle de Madame Beatrice N Marwa, Directrice chargée de la pêche à l’Autorité du Lac Tanganyika. Elle a développé les différentes opportunités d’investissement dans le Lac Tanganyika. Ces opportunités sont entre autres : l’approvisionnement en eau, le commerce du poisson à l’intérieur et à l'extérieur du pays, l’aquaculture, le transport et communication, une usine de transformation des aliments issus de la pêche, le tourisme, l’agriculture irriguées... En outre, l’existence des conventions mettant ensemble les pays riverains du Lac Tanganyika est un atout.

seM. George Nikiza de l’Office National du Tourisme

L’avant dernière présentation a été faite par Monsieur George Nikiza de l’Office National du Tourisme. Selon lui, les investisseurs pourraient exploiter les filières majeures, notamment : tourisme de plage qui est lié au développement littoral du lac, tourisme de croisière et le tourisme de congrès. Selon lui, le lac Tanganyika est encore vierge au niveau d’investissement touristique. Il faut valoriser les espaces de Port de Rumonge et la partie Nyanza lac, Port de Mvugo et  Muguruka, Partie lacustre de l’imbo et la réserve naturel de Kigwena. 

MTM. Frank Menard, le représentant de la société Mango Tree Group

La dernière présentation a été faite par Monsieur Frank Menard, de la société Mango Tree Group, une société spécialisée en construction de bateaux de toute catégories, maintenance et réparation de bateaux, commercialisation des vaisseaux sur les voies lacustres, constructions de chantier naval, dragage des voies lacustres, aide à la navigation et construction de ports. Monsieur Menard a affirmé avoir signé un accord avec le Gouvernement du Burundi pour les activités suivantes : installation d'un chantier naval, construction d’un Ferry (300 passagers et 2000 tonnes de fret Cargo), création d'un centre de formation et développement des activités commerciales le long du lac Tanganyika.

pubLes paricipants à l'atelier

Au cours de cet atelier, les échanges étaient centrés sur la sécurité des marchandises dans le Lac et des lourds capitaux à y investir. La question concernant la sécurité dans le lac Tanganyika, il a été convenu qu’il y en ; mais elle peut être renforcée en cas de besoin. Concernant les lourds capitaux nécessaires pour investir dans le Lac, Jean Claude NTIBANENEJE a invité les investisseurs à mettre ensemble leurs capitaux afin de pouvoir exécuter les projets exigeants des lourds investissements. 

L’API toujours aux côtés des investisseurs

L’API toujours aux côtés des investisseurs

Une délégation de l’Agence de Promotion des Investissements conduite par son  Directeur a.i, Monsieur Serge NSABIMANA a effectué en date du 21 au 23 janvier 2020 une visite « after care » auprès de sept sociétés ayant bénéficié des avantages du Code des Investissements. Ces entreprises sont KIRIRI GARDEN HOTEL, LIFE WAY COMPANY, SPTPA, AFRICAN MINING BURUNDI, GITEGA INTERNATIONAL HOTEL, TAWAKKAL COMPANY et BELAN GROUP.

 Pourquoi les visites « after care » ?

L’API organise trimestriellement des visites « after care » dans le but de se rendre compte de l’état des investissements déjà réalisés, de s’assurer de la destination des biens exonérés, d’échanger sur les difficultés éventuelles rencontrées et de trouver ensemble des voies de solution, d’inciter les investisseurs à un réinvestissement systématique et de récolter des informations pour un meilleur plaidoyer.

 Secteurs d’activités des sociétés visitées et leurs projets à venir

KIRIRI GARDEN HOTEL, GITEGA INTERNATIONAL HOTEL et BELAN HOTEL sont des hôtels 5 étoiles avec des suites présidentielles et familiales en cours de construction, respectivement à Bujumbura, Gitega et Ngozi. Selon les informations recueillies sur terrain, les patrons des hôtels déjà cités vont tous former leurs personnels à fin d’offrir aux clients des services de hautes qualités car disent-ils « un bon service est l’une des qualités cruciales de l’hôtel ».

KGLa délégation de l'API à KIRIRI GARDEN HOTEL

En plus de l’hôtel à Ngozi, BELAN GROUP possède un site touristique à Karusi, appelé Inagasaka Tourist Village. Ce magnifique site est construit sur une colline rocheuse et abrite dans son enceinte une pierre qui a été déjà foudroyée à trois reprises tout en restant intacte. Ce site tire son nom de cette pierre qui a été baptisée ‘’Inagasaka’’ par la population locale. Ce village touristique, abritant pourtant d’innombrables grosses pierres, a été ingénieusement construit de telle sorte qu’aucune pierre n’a été déplacée.

Quant à la société LIFE WAY COMPANY qui se trouve à BUBANZA, commune BUBANZA, colline BURINGA, possède une ferme moderne et compte élargir le projet jusqu’à la production, transformation et de distribution du lait Ultra Température (UHT) et de ses dérivés.

LWCLa délégation de l'API à LIFE WAY COMPANY

En ce qui concerne SPTPA, il s’agit d’une coopérative de transformation des produits agricoles basée à MUYINGA commune GASHOHO. Actuellement, elle encadre 6262 personnes, regroupées en 140 associations. Elle transforme les graines de maïs en farine.

Pour TAWAKKAL COMPANY, c’est une société qui a implanté une usine de fabrication d’emballages qui remplaceront les sachets en plastique, en Province MUYINGA commune MUYINGA, quartier KIZUNGU. Elle prévoit aussi de fabriquer des papiers hygiéniques.

TLa délégation de l'API à TAWAKKAL COMPANY

Enfin, AFRICAN MINING BURUNDI est une société d’exploitation minière situéé en commune BUTIHINDA en province MUYINGA qui a signé avec le Gouvernement du BURUNDI l’accord d’exploitation de 25 ans. La société réalisera son objet principal qui est celui d’exploiter de l’or dans le district de BUTUHINDA et apporter des devises.

Le défi commun à toutes les sociétés visité est le manque des devises pour l’importation des matériaux et machines. Pour SPTPA s’ajoute le manque des pièces de rechange pour les machines et la manque de certification BBN. Rappelons qu’une telle visite a été effectuée en date du 20 juin auprès de deux sociétés ayant bénéficié des avantages du Code des Investissements implantées en Province Cibitoke, en l’occurrence les sociétés BUCECO et TANGANYIKA MINING BURUNDI.

BLGLa délégation de l'API à BELAN HOTEL

Etat d’investissement et destination des biens exonérés

Le Directeur a.i de l’API se dit satisfait de l’état d’avancement des travaux d’investissement et de la gestion des biens exonérés. Il a été aussi constaté que certaines de ces sociétés dépassent le nombre d’emplois projetés. Quant aux investisseurs visités, ils sont satisfaits des services et appuis multiformes de l’API. Ils demandent à l’API de rester en contact avec eux, plaider en leur faveur et surtout de multiplier les visites afin de partager l’expérience en matière d’investissement.

GIHLa délégation de l'API à GITEGA INTERNATIONAL HOTEL

VERS L’EXPORTATION DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION

VERS L’EXPORTATION DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION

Au cours du mois de décembre 2019, l’Agence Burundaise de Promotion des Investissements (API) en collaboration avec le Bureau Burundais de Normalisation et de Contrôle de la Qualité (BBN) a organisé une campagne d’accompagnement technique en matière d’exigences normatives et standards liés aux matériaux de construction.

L’API est convaincue des opportunités d’exportation disponibles dans les marchés plus proches dont la RDC et les pays de la Communauté Est-africaine. C’est dans cette optique que cette campagne de sensibilisation à l’adéquation aux exigences des marchés a été organisée.

proviA gauche,M. Mechack MOSOZI, Cadre d’appui au service en charge de la Promotion des Exportations à l’API; à droite,M. MISIGARO Siméon, Chef de la Division Normalisation et Métrologie au BBN.

Dans le cadre de ladite campagne, 16 sociétés ont bénéficié des conseils prodigués par les cadres de l’API et du BBN respectivement Monsieur Mechack MOSOZI, Cadre d’appui au service en charge de la promotion des exportations à l’API et Monsieur MISIGARO Siméon, Chef de la Division Normalisation et Métrologie au BBN. Les sociétés visitées se spécialisent dans la fabrication de matériaux de constructions à savoir la chaux, briques, portes, fenêtres, clous, tuyaux en PVC, tôles, et ciment.

Les conseils techniques par Monsieur MISIGARO étaient focalisés sur la nécessité de la conformité aux normes, les processus d’obtention du certificat de conformité aux normes, et les conséquences de la non-conformité. Il leur a rappelé les conditions nécessaires pour la certification des produits à savoir : la durabilité, la résistance, la solubilité dans l’eau, les mesures de longueur, de largeur et de hauteur, la température de cuisson, etc

Quant à Monsieur Mosozi, il a expliqué aux représentants des sociétés visitées les potentialités de marchés à l’export dans la sous-région, le processus d’obtention de tous les documents exigés pour l’exportation, l’importance du respect des normes et standards en matière du commerce en général et du commerce international en particulier. Il leur a rappelé que les normes et standards répondent aux soucis des droits fondamentaux des consommateurs, tels que le droit à la sécurité et l’information. En outre, la certification rassure entre autres : la qualité, la fiabilité, efficacité, l’interchangeabilité a-t-il ajouté.

Lors des visites, il a été constaté que les sociétés disposent d’un potentiel d’exportation. Par ailleurs, certains produits sont vendus ex-usine par des clients en provenance de la RDC. Néanmoins, les sociétés dans l’ensemble ont besoin de consentir plus d’effort pour se conformer aux normes requises afin de pouvoir déclencher des exportations formelles, répondant aux règlementations du commerce international.

Retrouver les sociétés visitées sur notre compte twitter en cliquant sur ces liens : 1ere Journée, 2eme Journée, 3eme Journée, 4eme Journée,5eme Journée,6eme Journée,7eme Journée