L’API renforce ses relations avec les médias

L’API renforce ses relations avec les médias

L’Agence de Promotion des Investissements a organisé une retraite d’information et de formation des professionnels des médias sur les activités de l’Agence de Promotion des Investissements du 04 au 05 juin 2020 à Gitega dans le but d’informer les journalistes sur les missions de l’Agence de Promotion des Investissements (API), les différentes activités, différentes réformes déjà entreprises ou en cours au Burundi, l’état des lieux des investissements au Burundi, les opportunités d’investissements, les entreprises déjà créées, les défis et les perspectives d’avenir ainsi que le cadre légal relatif à l’investissement.

DirMonsieur Désiré MUSHARITSE, Directeur de l’API

Dans son discours d’ouverture, le Directeur de l’API, Monsieur Désiré MUSHARITSE a remercié les journalistes de leur présence, qui est sans nul doute un signe éloquent de leur attachement et dévouement à accompagner journalistiquement les activités de l’Agence de Promotion des Investissements au Burundi. L’Agence doit s’assurer d’effectuer une communication continue et efficace pour faire connaître ses activités et tout ce qui touche à l’investissement. Ces communications sont effectuées à l’endroit des personnalités différentes dont les médias qui relaient les informations reçues. A-t-il ajouté.

PhotoGrid 1592819211146Les différents présentateurs répondant aux questions des journalistes

Après le discours d’ouverture, chaque représentant du Service ou Cellule a eu le temps suffisant pour expliquer les objectifs, activités, réalisations et les perspectives de son service ou cellule. Les présentations ont été suivies par deux séances de questions-réponses à la fin desquelles de nombreuses recommandations ont été formulées pour l’API et pour les journalistes.

Les recommandations étaient centrées sur l’assistance des entreprises burundaises, les services de l’API, la Cellule Communication et la relation API-Média.

A la fin de l’atelier, tous les participants étaient unanimes sur le fait que cet atelier a renforcé les capacités des journalistes et que désormais ils seront des vrais ambassadeurs de l’API et du Burundi en ce qui concerne les investissements privés.

ParLes participants à la retraite

Newsletter N⁰27

Chers lecteurs, la Newsletter N⁰27 version française et anglaise est disponible maintenant.

Cliquez sur la photo pour consulter

APIFRA

Click on the picture to read 

APIENG

Vous pouvez consulter toutes les Newsletters sur ce lien Newsletters

Les entrepreneurs burundais face au COVID-19

Les entrepreneurs burundais face au COVID-19 

L’Agence de Promotion des Investissement « API » en collaboration avec Centre for Development and Enterprises « CDE » a organisé le jeudi le 23 avril 2020 à l’hôtel Martha de Bujumbura un atelier sous le thème : « comment anticiper la résilience de l’économie burundaise face au covid-19 ».

DIRCDEMonsieur Aimable MANIRAKIZA, Directeur Exécutif de Centre for Development and Enterprises et Monsieur Désiré MUSHARITSE, le Directeur de l’API lors de l'ouverture

Dans son discours d'accueil, Monsieur Aimable MANIRAKIZA, Directeur Exécutif de Centre for Development and Enterprises, a précisé que cet atelier offre une occasion aux entrepreneurs Burundais d’exploiter toutes les voies dans le but de faire face à cette urgence mondiale en gardant les mêmes niveaux de production et de revenus aux travailleurs tout en restant compétitifs sur le marché.

Monsieur Désiré MUSHARITSE, le Directeur de l’API a annoncé que l'objectif de cet atelier est de développer et fournir des informations importantes sur la manière dont les femmes et hommes d'affaires devraient anticiper la résilience de leur business afin d’assouplir l’impact de la pandémie de COVID-19 sur l’économie burundaise. Monsieur le Directeur de l’API a aussi ajouté que depuis belle lurette, l’humanité n’a cessé de faire face à des pandémies au cours desquelles, des hommes et des entreprises se sont ingéniés à trouver des stratégies, des mécanismes et des ajustements nécessaires pour triompher et survivre de ces dernières.

MINSANTDocteur Nina NSHIMIRIMANA faisant parties des médecins pour la riposte du COVIDー19 au Burundi

Après le discours d’ouverture, trois exposés ont eu lieu. Docteur Nina NSHIMIRIMANA qui fait parties des médecins pour la riposte du COVIDー19 a exposé sur « le coronavirus : Modes de contamination et de prévention au sein de l’entreprise ». Elle a rappelé que le Ministère de la Santé Publique et de Lutte contre le Sida nous recommande de rester sereines, tout en respectant scrupuleusement les mesures de prévention individuelles et collectives contre le CODIV-19. Elle a ajouté que les entreprises, en fonction du secteur d’activités et du nombre d’employés doivent prendre des précautions particulières comme le port des masques et gants. Elle a enfin recommandé que dès quelqu’un constate qu’il a les signes de la maladie, il est recommandé de rester chez soi tout en prévenant l’employeur et surtout appelé les médecins afin de limiter le contact avec d’autres personnes.  

DRMonsieur NTIMPIRANGEZA Pontien, Docteur en économie

Monsieur NTIMPIRANGEZA Pontien, Docteur en économie, dans son exposé intitulé : « Le coronavirus : impact sur l’économie burundaise et les stratégies de survie des entreprises », a expliqué qu’il ne sert à rien de paniquer car l’humanité a toujours surmonté des situations de crises plus graves que le Codiv-19. Néanmoins, les leaders africains doivent en tirer des leçons et concevoir un système permettant de faire face aux préoccupations des citoyens.

BUJAMonsieur ABIYAH David, Directeur de Buja Hub

Quant à Monsieur ABIYAH David de Buja Hub, dans son exposé, « Travail à distance : Guide de ressources », il a démontré que même dans le confinement, certaines entreprises peuvent continuer à travailler. Le travail à domicile exige de l’employeur à assurer une bonne communication et à développer l’empathie tandis que les employés doivent respecter les heures de travail.

Le marché des capitaux, une opportunité d'investissements

 Le marché des capitaux, une opportunité d'investissements

En date du 20 avril 2020, l’Agence de Promotion des Investissements (API) en collaboration avec la Banque de la République du Burundi (BRB) a organisé un atelier de sensibilisation sur le marché des capitaux et l’investissement à l’hôtel City Hill, dans le but de sensibiliser les parties prenantes sur l’existence imminente du marché des capitaux au Burundi, le cadre légal et réglementaire qui le régit, son fonctionnement et des opportunités d’investissements que ce marché va générer.

DSC 0015Monsieur Désiré MUSHARITSE, Directeur de l’API et Monsieur Melchior WAGARA, Premier Vice-Gouverneur de la BRB à l'ouverture de l'atelier

Dans son discours d’introduction, le premier Vice-Gouverneur de la BRB, Monsieur Melchior WAGARA, expliquant la raison de la tenue de l’atelier, a déclaré que le marché financier est peu développé au Burundi, ce qui constitue un handicap majeur pour le financement des projets d’investissement à long terme. De plus, il existe beaucoup d’opportunités d’investissement au Burundi, qui ne trouvent pas des financements. Pour pallier à ce défi, la Banque de la République du Burundi pilote le projet de modernisation du marché financier, par l’implémentation du marché des capitaux qui va permettre la mobilisation et la canalisation de l’épargne nécessaire au financement des projets d’investissement.

Monsieur Désiré MUSHARITSE, Directeur de l’API, a annoncé dans son discours d’ouverture que l’investissement est un élément important et moteur de la croissance économique des nations car il est à la base de la production, le commerce, la création d’emplois et de la richesse, pour ne citer que ceux-là. En plus, les capitaux sont catalyseurs des investissements par le fait que sans eux l’investissement n’est pas possible. D’où l’importance de l’existence du Marché des Capitaux.

DSC 0020Les partcipants

Trois présentations ont successivement eu lieu. Le premier sur les opportunités d’investissements et les avantages du Code des Investissements a été effectuée par Monsieur Esaïe NTIDENDEREZA, Chef de Service Promotion des investissements à l'API. La seconde portant sur le marché des capitaux et l'investissement a été présentée par Monsieur Pierre Damien MPAWENIMANA, Cadre à la BRB. Enfin, la troisième concernant le cadre légal et réglementaire régissant la plateforme du marché des capitaux a été réalisée par Dr Arsène MUGENZI, Chef de cellule de régulation de marchés publiques à la BRB.

En plus de ces trois présentations, les participants ont également suivi un témoignage d’un investisseur, Madame Sylvie KADAWA, Directrice des Finances à la BANCOBU. Dans son témoignage elle a expliqué que le marché des capitaux met en relation les agents économiques détenant un excédent de capitaux et ceux qui ont des besoins de financement, tout en soulignant que le marché des capitaux actuellement opérationnel au Burundi est le marché des Titres du Trésor. La BANCOBU, en tant qu’investisseur et animateur du marché secondaire des titres, intervient sur le marché des Titres du Trésor comme Spécialiste en Valeurs du Trésor. Elle a aussi rappelé que la BANCOBU participe aux appels d’offres hebdomadaires de la BRB sur le marché primaire.

DSC 0024Les partcipants

Après les exposés, il y a eu une séance d’échanges et questions/ réponses. La plupart des interventions portaient sur le fonctionnement du marché des capitaux, la dissémination de l’information à un plus large public possible et la transparence des entreprises dans l’octroi de l’information.

 En plus des questions, des recommandations ont été formulées. Il s’agit de :

  1. La nécessité de porter l’information sur le Marché des Capitaux au plus large public possible ;
  2. L’intégration des Centres d’Information agréées pour aider les entreprises à être plus transparentes dans l’octroi de l’information ;
  3. La modernisation et la crédibilité du Marché des Capitaux Burundais au même niveau des Marchés des Capitaux de l’EAC pour éviter que les Burundais aillent offrir leurs capitaux ailleurs.
  4. L’étude des modalités d’octroi des avantages du code des investissements aux premiers acteurs sur la Bourse des valeurs mobilières au Burundi.