Clôture de la campagne de sensibilisation à l’adéquation de l’emballage et de l’étiquetage

Clôture de la campagne de sensibilisation à l’adéquation de l’emballage et de l’étiquetage

En date du 17 Mai 2019, l’Agence de Promotion des Investissements (API), en collaboration avec le Bureau Burundais de Normalisation et de Contrôle de la Qualité (BBN) ont clôturé la campagne de sensibilisation à l’adéquation de l’emballage et de l’étiquetage par la visite de la Laiterie NTAZIMBA. Cette campagne d’encadrement et d’appui technique dans le cadre de la promotion du développement à l’export vise le renforcement des capacités des unités de transformation agroalimentaires en matière de normes de l’emballage, l’étiquetage et la qualité des produits en général.

NtaLa délégation de l'API et du BBN visitant la Laiterie NTAZIMBA

Monsieur Serge NSABIMANA, le Directeur a.i de l’API a introduit la séance en précisant que cette campagne a pour objectif de renforcer les connaissances des unités de transformations industrielles existantes au Burundi en matière de respect des normes d’emballages pour une meilleure qualité des produits exportables afin que ces industries puissent initier un programme d’usage des emballages conformes à l’éthique commerciale et aux meilleures pratiques du commerce international. Conduite par le Responsable de la Laiterie NTAZIMBA, Monsieur Anselme HAKIZIMANA, l’équipe de l’API et le Directeur du BBN ont effectué la visite des différents lieux de cette entreprise de transformation.

Lors de cette visite, Monsieur Jean Claude CIBOGOYE, le Chef de Service Promotion des exportations, a insisté sur le fait que pour accéder et saisir les expertises d’exportation, il faut d’abord se conformer aux normes régissant le commerce international en particulier Il a ainsi réitéré cette conformité aux normes et le sens de professionnalisme dans la transformation agroalimentaire afin de  saisir les opportunités d’exportation combien abondantes dans les plateformes  de l’EAC, du COMESA et de la zone de libre-échange continental.

nta2Le Directeur du BBN, Monsieur KARIKURUBU donnant des conseils  pour l’emballage et l’étiquetage

Le Directeur du BBN, Monsieur KARIKURUBU Jean Félix, a souligné que ce genre de visites a été effectué dans plusieurs autres entreprises du secteur de l’agri business aussi bien de la Capitale de Bujumbura que celles des autres provinces (voir https://twitter.com/api_burundi) . Il a précisé que ces visites permettent de redynamiser le secteur de l’agri business et d’analyser les obstacles qui empêchent les produits fabriqués au Burundi d’être compétitifs sur les marchés internationaux. « La principale problématique rencontrée est surtout liée à la qualité, à l’emballage et à l’étiquetage de ces produits » a-t-il ajouté Monsieur le Directeur du BBN. Si les normes de l’emballage et de l’étiquetage sont mal structurées, la certification devient difficile, d’où l’impossibilité d’exporter.

Il a aussi expliqué le processus de certification des produits. En effet, le certificat est fourni après une analyse dans un laboratoire du BBN. Au cours de l’année, le produit à certifier est analysé chaque trois mois donc quatre fois par an. Si l’on constate que les paramètres d’analyse restent les mêmes, les spécialistes peuvent alors accorder à ce produit le LOGO du Bureau Burundais de Normalisation et de Contrôle de la Qualité.  Au cours des différentes visites, le Directeur du BBN a profité pour donner des conseils aux différents responsables d’entreprises et a demandé à certains, de présenter leurs produits au BBN pour une analyse minutieuse pour la certification.

Le responsable de la Laiterie NTAZIMBA, tout comme les autres responsables des autres sociétés visitées,  a remercié l’équipe de l’API et du BBN des conseils et des éclaircissements qu’ils n’ont cessé de fournir auprès des entreprises de transformation installées au Burundi. Ces entrepreneurs ont promis de fournir des efforts afin que leurs produits soient certifiés et compétitifs sur le marché que ce soit local et internationaux.

Newsletter N⁰24

Chers lecteurs, la Newsletter N⁰24 version française est disponible maintenant.

Cliquez sur la photo pour consulter

Newletter24

Vous pouvez consulter toutes les Newsletters sur ce lien Newsletters

Se conformer aux normes pour saisir les opportunités d’exportation offertes aux produits made in Burundi

Se conformer aux normes pour saisir les opportunités d’exportation offertes aux produits made in Burundi

L’Agence de Promotion des Investissements (API), en collaboration avec le Bureau Burundais de Normalisation et de Contrôle de la Qualité (BBN) poursuit la mise en œuvre de son programme d’encadrement et d’appui technique dans le cadre de la promotion du développement à l’export.

Ce programme d’encadrement offre un cadre particulier pour le renforcement des capacités des unités de transformation agroalimentaires en matière de normes de l’emballage, l’étiquetage et la qualité des produits en général. Ainsi, plus ou moins 30 entreprises du secteur de l’agroalimentaire pourront bénéficier de cette campagne de sensibilisation dont le calendrier d’exécution s’étend du 03 au 14/05/2019.

1

Cette initiative des institutions API et BBN vise la promotion de l’exportation afin de redynamiser l’industrie du Burundi et renforcer son intégration dans le commerce international et régional en particulier à travers des produits d’exportation non traditionnels.

En matière de normes d’emballage le Directeur du BBN, Monsieur KARIKURUBU Jean Félix, PHD insiste sur le choix de l’emballage où l’on doit se rassurer que la nature et les propriétés de ce dernier ne permettent pas des réactions chimiques qui détériorent la qualité et la fiabilité du produit.

Il a ensuite souligné l’importance de l’étiquetage et la nécessité de respecter tous les éléments qui constituent le label. Il a passé en revue les aspects essentiels de l’étiquetage et a recommandé aux industriels de se conformer à toutes les exigences afin de permettre à leurs produits de pénétrer et d’être compétitifs dans les marchés à l’export.

4L'équipe de l'API et du BBN à l'entreprise Liquids

Les autres éléments ayant fait objet d’analyse et d’échange relatifs à l’étiquetage sont : le Code-barres, les dates de fabrication et de péremption, la composition chimique, la quantité, l’attractivité de l’étiquetage, nom du produit en grand, la marque BBN, pays de fabrication, conservation, ingrédients, etc

Monsieur Jean Claude CIBOGOYE, Chef du Service Promotion des Exportations à l’API a rappelé les opportunités d’exportation offertes aux produits Burundais dans la sous-région (en République Démocratique du Congo et dans la Communauté de l’Afrique de l’Est), jouissant du Protocole du Marché Commun par ailleurs et a réitéré un respect scrupuleux des conseils techniques acquis à travers la campagne en cours afin de pouvoir accroître leurs entreprises en les développant à l’export.

Ce cadre d’échange offre également une occasion aux participants de poser des questions relatives aux procédures de certification des produits, et aux opportunités d’appuis aux développements des investissements pour améliorer davantage la qualité des produits.

2L'équipe de l'API et du BBN à l'entreprise Akezamutima

Monsieur KARIKURUBU a noté des défis liés au manque d’un certain nombre de ressources qui entrave les prestations du BBN, ce qui constitue des Barrières Techniques au Commerce. Néanmoins, il est confiant que des efforts ont été menés dans le sens du renforcement du BBN et que par conséquent, les programmes en cours pourront relever le niveau et la qualité des prestations de cette institution de Contrôle et de Gestion de la Qualité.

Quant aux appuis et avantages pour renforcer les investissements et favoriser la qualité des produits, Monsieur CIBOGOYE a rappelé aux bénéficiaires de ce programme qu’ils peuvent être éligibles aux avantages définis par le Code des Investissements et au Fond Catalytique du Projet de Développement Local pour l’Emploi (PDLE). Pour ce dernier avantage, sont uniquement éligibles les entreprises de l’Agribusiness évoluant dans les secteurs fruit et pêche.

Les bénéficiaires sont satisfaits de la volonté des organisateurs de ce programme à travers lequel, les unités de production respectives sont visitées par les techniciens en matière de normes pour évaluer les réalisations et prodiguer des conseils techniques conséquents pour des améliorations continues.

5L'équipe de l'API et du BBN à l'entreprise Burundi Fortified Foods

API : Restitution du Bilan d’Application du Code d’Investissements, exercice 2017

API : Restitution du Bilan d’Application du Code d’Investissements, exercice 2017

Ce mardi 30 Avril 2019, l’Agence de Promotion des Investissements a organisé un atelier de restitution du Bilan d’application du Code d’Investissements, pour l’exercice 2017. Cet atelier a eu lieu dans les enceintes de l’hôtel Bel Air et a été rehaussé par la présence de l’Assistant du Ministre des Finances, du Budget et de la Coopération Economique, Monsieur Jean Liévin GAKWAVU, qui a procédé à l’ouverture de l’atelier en compagnie de Monsieur Léonard SENTORE, Directeur de l’Agence de Promotion. Etaient présents des représentants des entreprises ayant reçu les certificats d’éligibilité aux avantages du Code d’Investissements et les représentants des différentes institutions gouvernementales.

DIRETASSIMonsieur Léonard SENTORE, Directeur de l’Agence de Promotion et Monsieur Jean Liévin GAKWAVU, Assistant du Ministre des Finances, du Budget et de la Coopération Economique lors de l'ouverture de l'atelier.

Monsieur le Directeur de l’API dans son mot d’accueil, a rappelé que l’Etat en accordant les exonérations et autres avantages aux investisseurs, doit faire le suivi pour voir si les objectifs qu’il s’est assigné en promulguant le Code des Investissements ont été atteints et que les exonérations accordées ne sont utilisées qu’à des fins autres pour lesquelles elles ont été octroyées. Ainsi, le bilan du Code des Investissements constitue un outil d’évaluation du système d’incitation à l’investissement et son objectif principal est de présenter l’état de la mise en application de toutes les mesures prises en faisant référence aux dispositions du Code des Investissements et de ses textes d’application, depuis l’éligibilité des projets aux avantages du Code des Investissements jusqu’au suivi des biens et équipements exonérés.

Par1Les participants

Monsieur le Directeur a continué en précisant que dans l’objectif d’améliorer le suivi de la destination des biens exonérés et l’évaluation de l’impact des projets, l’Agence pour la Promotion des Investissements, en collaboration avec toutes les parties prenantes impliquées d’une manière ou d’une autre dans la facilitation, l’octroi et le suivi de ces avantages, vient de produire pour la première fois un bilan d’application du Code des Investissements.

Par2Les participants

Lors du discours d’ouverture prononcé par Monsieur l’Assistant du Ministre des Finances, du Budget et de la Coopération Economique, il a assuré que le Gouvernement, dans son Plan de Développement National 2018-2027,  accorde une place privilégiée au développement du secteur privé contributeur à la croissance économique du pays. En effet, dans le cadre de l'ajustement de son économie, le Burundi s'est assigné un bon nombre d'objectifs dont la mise en place d'un environnement favorable aux affaires pour attirer l'investissement national et étranger en vue d’assurer la promotion du secteur privé.

CSEMonsieur Ir David MUVUNYI, Chef de Cellule Suivi-Evaluation

Au cours cet atelier, une présentation du bilan d’application du Code d’investissements, exercice 2017, a été effectué par Monsieur David MUVUNYI, Chef de Cellule Suivi-Evaluation. Les principaux résultats de ce bilan sont :

  • 30 entreprises sont concernées par ce rapport, dont 8 sont localisées en provinces hors de Bujumbura ;
  • Plus de 40% de ces entreprises ont investi dans le secteur de l’industrie suivi du secteur de l’hôtellerie à hauteur de 30,8% ;
  • 22 projets ont atteint la phase d’exploitation, 3 sont en phase d’équipement, 4 en construction et 1 projet a été vendu ;
  • Des exonérations octroyées par l’Etat en 2017, celles qui sont liées aux certificats d’éligibilité octroyés par l’API, ne représentent que 11% ;
  • En 2017, les entreprises certifiées par l’API, ont payé un impôt sur le revenu équivalent à 36 679,34 millions de BIF (Source OBR) ;
  • Quant aux taxes douanières payées, elles équivalent à 160 542,42 millions de BIF (Source OBR). 

Le Chef de Cellule Suivi-Evaluation est également revenu sur :

  • les obstacles rencontrés par l’API dans le cadre de suivi des entreprises ;
  • les constats sur les aspects juridique et institutionnel ; et
  • les difficultés rencontrées par les investisseurs.

Après cette présentation, une séance d’échanges a eu lieu. Les participants ont félicité l’API pour la production de ce rapport, qui montre à quel point l’Agence a compris son devoir de redevabilité envers le citoyen et le Gouvernement. Les discussions sont revenues sur les différents obstacles à l’investissement et les stratégies prévues par l’API pour l’amélioration du climat des affaires.

Vous pouvez consulter le Bilan en cliquant sur ce lien Bilan d’application du Code d’Investissements,année 2017