Kenya Trade, Investment and Cultural Expo: Kenyans want Burundi to trade in Kenya

Kenya Trade, Investment and Cultural Expo: Kenyans want Burundi to trade in Kenya

From 15th to 23rd September 2017, the embassy of Kenya has organized a six-day Kenya Trade, Investment and Cultural Expo at the “Tempete” grounds in Bujumbura Municipality.

The Ambassador of Kenya to Burundi Ken VITISIA, during the expo’s official opening ceremonies on 19th September said the aim of a such exhibition was to enhance the EAC integration in general, and the Kenya-Burundi cooperation in particular.  They want to trade with Burundians. He urged Kenyan investors to find out what Burundi can sell to Kenya. He also said that they wanted Kenyans and Burundians to know one another culturally. The Kenya’s envoy to Burundi said that this fourth Kenya trade, investment and cultural expo was a partnership between the two countries and aimed the socio- economic empowerment of both countries.

AmbThe Ambassador of Kenya to Burundi , Mr. Ken VITISIA

“Burundi does not need handouts, it needs assistance. We are here to make sure Burundi gets the forex it needs. Burundi has everything, tomorrow we have a forum wherein Kenyan and Burundi investors together will fast-track the available opportunities that would enable Burundi to trade to Kenya and get enough money”, he said, adding that Burundi has a great market in East Democratic Republic of Congo.

Ambassador Ken VITISIA said he hoped that with a support of the government of Burundi the objectives of the expo will be achieved. “Burundi joined East African Community in 2007. Burundi and Kenya work together in the same direction”, he said, adding “we want Burundi to trade more. Do not worry about the sanctions imposed onto your country. Under Moi’s rule Kenya   got sanctions and those sanctions helped us to improve the economy. You have to produce so you have enough to eat and enough to export”.

Meanwhile, the first Vice-President of the Republic of Burundi His Excellency Gaston SINDIMWO who was the guest of honor to officially launch a such Kenya Trade, Investment and Cultural Exhibition expressed the government of Burundi’s sincere gratitude to the Kenyan government, which through the embassy has organized a such Trade, Investment and Cultural Expo. “That proves that Burundi is a peaceful country.”

VP1The first Vice-President of the Republic of Burundi His Excellency Gaston SINDIMWO

According to the first Vice-President of the Republic of Burundi, Kenya has undoubtedly opened the doors to others who are still thinking the country was not peaceful. He said that  Kenya and Burundi are friends. His Excellency Gaston SINDIMWO urged other ambassadors, namely the Ambassadors of Nigeria and South Africa to emulate the Kenyan Ambassador to Burundi in as far as organizing trade and investment exhibition is concerned since Africa is one nation. He revealed that the next year’s expo of the same kind will be organized by Burundi and will take place in Kenya.

The first Vice President of the Republic of Burundi urged Burundians to work hard so that they produce a lot of crops. He said that “Burundi has a very fertile land, if we cultivate and harvest a lot crops we will get sufficient foods and we will even export some produces to those who imposed sanctions on our country.”

While visiting different stands, the first Vice-President of the Republic of Burundi, accompanied by the Minister for Trade, Industry and Tourism Ms. Pelate NIYONKURU and the Minister in the Office of the President of the Republic in charge of EAC Ms. Isabelle NDAHAYO got the occasion to ask some questions related to investment opportunities in Burundi.

visitThe first Vice-President of the Republic of Burundi His Excellency Gaston SINDIMWO during the visit of different booths

Jean Claude CIBOGOYE the acting Chief Executive Officer of the Burundi Investment Promotion Authority API welcomed His Excellency Gaston SINDIMWO at the exhibition stand of API and gave him details on the current situation of investments and the opportunities in Burundi.

While at the Tourism National Office exhibition stand, the first Vice President of the Republic of Burundi got informed that nowadays the number of tourism entering Burundi is increasing significantly. Jérémie HAKIZIMANA, the head of the research and statistics division at the Tourism National Office said that in 2015 a total of 131491 tourists entered Burundi via 13 border’s checkpoints and that in 2016, a total of 187,076 entered Burundi.

apiThe first Vice-President of the Republic of Burundi His Excellency Gaston SINDIMWO visiting Burundi Investment Promotion Authority's booth

 

Investment profiling workshop

Investment profiling workshop

From September 4 to 7, 2017, the East Africa Trade and Investment Hub conducted the second session of a four-day investment profiling workshop for the staff of the Burundi Investment Promotion Authority (API) as part of the capacity building that is being provided to all the East Africa Investment Promotion Agencies.

The Investment Profiling Workshop aimed at enhancing abilities of the participants on how to better promote and facilitate investment opportunities in Burundi in order to attract potential foreign direct investors to the country.  The training focused on presenting best practices and tools used in investment promotion and facilitation to optimize conversion of opportunities to the actual investments. Key areas covered during the workshop included the leading profiles and requirements for internal investment policies and frameworks, the types of due diligences for an investment proposition including strategic, financial, risk and legal factors etc., from an investor’s perspective.

PAParticipants

The issues raised during the workshop included a case study on the development of the country investment Guide, where the participants were brought to review the Burundi country investment profile using a comparative study to Investment Guides from the Mauritius and Serbia.  Profiles of different sectors of the Burundi economy were also looked at by comparing them to corresponding sector profiles from Mauritius.  This allowed the participants to learn best practices in promoting the real potential for investment in Burundi.

The tourism, agro processing, urban public transport and construction sectors were cited among the leading sectors for Burundi’s economy,  hence the need for a more consolidated approach to provide attractive packages for potential direct investors to invest in these sectors in Burundi. Last, but not least, participants were asked to review the Prothem Usine profile and Goraebul Beach development project, used as case studies in helping participants to present their own project proposals.   

‘‘ This is one of the most important workshops on Investment promotion and profiling that most of us really have attended, and we are so fortunate to learn from an Expert, how we can better present the country’s investment profile,  products package  and potential projects to present to potential Foreign Investors.  We are also interested to hear what investors say; their success stories and challenges while running their businesses in Burundi. This will help us to  better  improve  the business environment  and be able to assist the  local businesses in Burundi who need not only a technical assistance and external expertise but also skills to develop business plans and proposals needed when presenting their cases to investors or donor partners’’. Said Mrs. Antonine Ciza Batungwanayo, Head of Communication Division at IPA Burundi.

Mrs. Antonine Ciza Batungwanayo, Head of Communication Division at IPA Burundi

Boostons nos industries par l’amélioration du suivi

Boostons nos industries par l’amélioration du suivi

En dates des 14 et 15 septembre 2017, l’ONUDI et l’EAC  organisent conjointement un atelier de formation sur les indicateurs de suivi et évaluation de la stratégie de la mise en œuvre de la politique industrielle au Burundi à l’intention des experts des Ministères et du secteur privé. Ledit atelier a eu lieu à Bujumbura, dans les enceintes de l’hôtel Royal Palace.

Monsieur Serge BIRIZANYE, Directeur du Développement Industriel au Ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, dans son allocution lors de l’ouverture de l’atelier a précisé que l’objectif était d’acquérir des compétences nécessaires et suffisantes dans l’élaboration, le suivi et l’évaluation de la stratégie de mise en œuvre de la politique nationale industrielle au Burundi pour que cette politique soit un puissant outil de promotion du développement économique du pays.

M. Serge BIRIZANYE, Directeur du Développement Industriel au Ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme

« Certes, pour que la politique de promotion industrielle soit réussie, les spécialistes suggèrent que la stratégie de sa mise en œuvre doit être élaborée en conformité avec le contexte spécifique c’est-à-dire être sensible aux contraintes récurrentes », a-t-il dit. Il a ensuite ajouté que toutes les initiatives entreprises par l’EAC /ONUDI sont encourageantes dans leur mission de promotion du secteur industriel. Il espère que d’ici quelques années le Burundi aura franchi un pas important en matière de développement des industries grâce à leur compétitivité en quantité et en qualité.

Au nom du Gouvernement, Monsieur BIRIZANYE a renouvelé les sentiments de satisfaction et de remerciement à l’endroit de l’EAC et de l’ONUDI pour cette action qui va contribuer sensiblement à la promotion du secteur industriel. Il a également remercié tous les autres partenaires techniques et financiers qui ne cessent de les appuyer dans le développement socioéconomique en général et dans le développement industriel en particulier, et leur a demandé de continuer à les soutenir car le chemin à parcourir reste encore très long même s’il est convaincu qu’avec l’engagement de tout un chacun présent dans l’atelier ils parviendront à leur objectif.

M. Andrea ANTONELLI, coordinateur de l’ONUDI

 Il a réitéré que le Gouvernement du Burundi, à travers le Ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme ne ménagera aucun effort pour faire prospérer le secteur industriel, le pilier de l’économie nationale et vrai moteur du développement socioéconomique du Burundi. Ce secteur était resté longtemps à l’état embryonnaire, mais commence depuis quelques années à se développer à travers les unités semi-industrielles qui ont déjà lancé leurs productions dans la sous-région. En effet, le développement apporte une grande valeur ajoutée aux produits locaux et importés ; cela permet aux détenteurs des unités de transformation de dégager une marge bénéficiaire qui contribue au bien être non seulement de leurs familles respectives, mais aussi deviennent de bons contribuables pour le pays.

Quant à Monsieur Andrea ANTONELLI, coordinateur de l’ONUDI a affirmé que chaque pays doit avoir une politique industrielle efficace qui priorise les défis et les objectifs. Si le secteur manufacturier est développé, le pays se développe aussi.  Tous les pays développés ont commencé par développer le secteur industriel.

M. Alain NDIKUMANA de l’ISTEEBU

Alain NDIKUMANA de l’ISTEEBU, lors de la présentation du rapport que les experts ont élaboré sur la politique industrielle au Burundi a montré que le Burundi a une croissance du secteur manufacturier très faible. Le Burundi exporte très peu de produits manufacturés dans la Communauté de l’Afrique de l’Est. Soixante-quatre pourcent des exportations des produits manufacturés vont en RDC.  Quatre-vingt-quinze pourcents des boissons alcoolisées et la totalité de la farine de blé produits fabriquées au Burundi vont en RDC » a-t-il révélé. Il a invité les entreprises burundaises à diversifier les marchés car la dépendance sur un seul marché à un certain moment pourra être moins bénéfique. Il a par exemple dit que la Mozambique et les pays arabes ont une demande accrue du tabac, donc le Burundi peut trouver là-bas un marché du tabac.

M. CIBOGOYE Jean Claude, Chef de Service de promotion des exportations de l'API

Nonobstant, certains participants ont dit qu’avoir une forte demande en RDC n’est pas un problème, c’est une opportunité, d’où il   faut augmenter la production afin de satisfaire ce marché.

Monsieur CIBOGOYE Jean Claude, Chef de Service de promotion des exportations de l’Agence Burundaise de Promotion des Investissements (API) a conseillé les entrepreneurs burundais à répondre aux différentes exigences de production telles que les normes et les standards internationaux. Cela les permettra d’accroître le marché de leurs produits manufacturés. Il faut en effet, encourager les producteurs des matières premières afin que la production augmente.

Madame Ruth POLLAK, la consultante de l’ONUDI, lors de sa présentation sur la politique industrielle a démontré qu’il faut prioriser à court, Moyen et long terme tout étant stratégique et informé.

Mme Ruth POLLAK, la consultante de l’ONUDI

« Dans l’élaboration de la politique industrielle, il faut faire la liaison avec la politique nationale de développement. Il faut aussi développer les objectifs micro et macro de la politique industrielle et identifier les groupes cibles », a-t-elle dit, ajoutant qu’il faut aussi voir le contexte du pays.

L’API forme les exportateurs sur les normes et standards internationaux

L’API forme les exportateurs sur les normes et standards internationaux

Ce Mardi 5 septembre 2017, l’Agence Burundaise de Promotion des Investissements (API) a organisé un atelier de formation sur les normes et standards internationaux exigés par le marché international en faveur des exportateurs. Il s’agissait d’un renforcement des connaissances pour certains entrepreneurs étant donné que l’industrie au Burundi est encore à la phase embryonnaire dans bon nombre de secteurs.

Le Directeur de l’API, Monsieur Didace NGENDAKUMANA, lors de l’ouverture solennelle des activités dudit atelier a félicité et remercié les entrepreneurs présents pour leur engagement indéniable de vouloir contribuer à la réalisation de l’objectif du Gouvernement du Burundi de développer notre pays à travers l’investissement et le commerce. « Cette volonté se traduit dans vos initiatives de fonder des sociétés orientées vers l’exportation », a- t-il insisté.

DirecteurM. Didace NGENDAKUMANA, Directeur de l’API et M. Jean Claude CIBOGOYE, Chef de Service Promotion des Exportations à l’API lors de l'ouverture de la formation

En effet, nul n’ignore l’importance et le rôle joué par les Micro, Petites et Moyennes Entreprises et les industries dans la transformation des économies du monde. Cet atelier de formation sur les normes et standards internationaux en faveur des exportateurs est fondé sur le souci de développer et de favoriser le commerce en général et l’exportation en particulier. Le Directeur de l’API a encouragé les exportateurs d’aller de l’avant et a promis que l’API va continuer de soutenir et appuyer les entreprises conformément au mandat lui confié par le Gouvernement.

Nonobstant, Monsieur NGENDAKUMANA a précisé que l’API reconnait les défis et les contraintes auxquels les entreprises font face et a affirmé que l’Agence de Promotion des Investissements ne ménagera aucun effort pour les aider à trouver des solutions. Il a notamment reconnu les défis liés aux moyens financiers pour l’acquisition des équipements et de la technologie et d’autres défis qui constituent une barrière pour le changement structurel satisfaisant, les contraintes liées aux compétences et le savoir-faire, les infrastructures et des fois la longueur des procédures.

ParticipantsLes participants à la formation

Pour faire face à ces défis, l’Agence avec ses partenaires dans le domaine de la promotion des exportations, continue à mettre en œuvre son plan d’activités et souhaite une franche collaboration des entrepreneurs afin de résoudre progressivement ces défis. Il a donc encouragé les entrepreneurs burundais d’aller de l’avant dans leurs efforts de promotion des projets à vocation d’exportation afin de contribuer à la relance et la redynamisation de la vie économique du Pays. Il a en outre révélé que le Gouvernement du Burundi pour sa part reste ouvert au dialogue pour une meilleure collaboration avec le secteur privé qui est une voie prometteuse pour la recherche des solutions durables aux problèmes du moment.

 « Les normes et standards constituent un aspect très important en matière d’exportation. Nous avons été souvent témoins des flux de marchandises refoulés des marchés étrangers pour la cause de non-conformité aux normes et standards exigés », le Directeur de l’API a-t-il dit, ajoutant que cette réglementation est d’autant plus complexe, surtout qu’elle varie d’un pays à l’autre et est plus contraignante dans les pays développés alors que ces derniers regorgent un pouvoir d’achat substantiel. Monsieur NGENDAKUMANA a noté que la conquête des marchés est quasi impossible si les produits des entreprises ne répondent pas encore aux exigences en matière de normes et standards. Il a invité les entrepreneurs Burundais à développer dans leurs entreprises respectives la culture des normes, qualité et standards pour renforcer la compétitivité de leurs produits à exporter.

Il sied de signaler que les bénéficiaires de cette formation étaient les entreprises qui exportent déjà, dont les produits ne sont pas encore certifiés, les entreprises ayant un potentiel d’exportation et quelques entreprises ayant déjà certifié leurs produits. Cet atelier a été animé en collaboration avec BBN qui a dans ses attributions, l’élaboration des normes, la certification des produits et le contrôle de la qualité.

Les participants ont suivi et échangé sur les thématiques suivantes :

  • Applications des normes internationales présentée par CIMPAYE Felix,
  • Nouvelles normes ISO/CEI pour une confiance accrue dans les activités d’audit et de certification présentée par NDUWAMAHORO Placide,
  • Normes sanitaire et phytosanitaires présentée par Madame NKORERIMANA Georgette et
  • Normes d’emballage et d’étiquetage, leur importance dans les échanges commerciaux par MISIGARO Siméon.