Bâtir un réseau d’appui aux producteurs agricoles pour augmenter la qualité et l’offre exportable 

Bâtir un réseau d’appui aux producteurs agricoles pour augmenter la qualité et l’offre exportable 

En date du 17/03/2020, l’Agence de Promotion des Investissements (API) a réuni à ses enceintes, les intervenants au secteur horticole dans le but de créer une plate-forme de professionnels chargés d’appuyer les agriculteurs en vue promouvoir les exportations des produits horticoles.

Il sied de rappeler que le secteur horticole est confronté à plusieurs défis liés surtout à la non-conformité aux exigences du marché à l’export. Pour relever ces défis, des efforts doivent être déployés par tous les intervenants pour soutenir ce secteur.

Les enjeux d’une plate-forme d’encadreurs s’inscrivent dans l’ambition de créer un mécanisme d’encadrement des producteurs en les aidant à relever progressivement les défis quitte à garantir dans un avenir proche des productions suffisantes en volume, répondant aux exigences des marchés à l’export.

L’objet de cette réunion était donc la réflexion sur la formation de ladite plate-forme et un brainstorming des idées sur la base desquelles un plan d’action d’appui et d’encadrement en faveur des producteurs sera élaboré et soumis à l’autorité.

IMG 1566M. NSANGANIYUMWAMI Déogratias, DG de la Santé Animale et Président de la commission SPS et M. MUSHARITSE Désiré, Directeur de l’API lors de l'ouverture

De la participation et la composition de la plate-forme

La plate-forme en gestation sera composée par les institutions publiques et privées et les structures des producteurs présentes à cette réunion inaugurale à savoir :

  • Direction de la Promotion des Filières Agricoles et des Produits Forestiers non Alignés (Ministère ayant l’Agriculture dans ses attributions,
  • Direction de la protection des végétaux,
  • Agence de Promotion des Investissements (API),
  • Comité National SPS
  • Alliance des Coopératives Rurales du Burundi (ALCORU)
  • Chambre Fédérale du Commerce et de l’Industrie du Burundi (CFCIB)
  • Appui au Développement Intégral et à la Solidarité sur les Collines (ADISCO)
  • Interprofession des Fruits du Burundi (IPFB),
  • Forum des Producteurs Agricoles du Burundi (FOPABU)

Dans son allocution, Monsieur MUSHARITSE Désiré, Directeur de l’API a remercié vivement toutes les parties prenantes ayant répondu présentes à l’invitation. En soulignant la pertinence et la nécessité de promouvoir l’exportation des produits agricoles, il a exhorté les participants de soutenir l’initiative de création de la plate-forme et de se donner avec dévouement pour l’atteinte des objectifs.

Après le mot d’ouverture, les participants ont tour à tour exprimé leurs sentiments de satisfaction et ont réitéré une volonté ferme d’œuvrer pour la réussite de l’initiative.

Monsieur NSANGANIYUMWAMI Déogratias a eu l’occasion de partager l’expérience du Comité SPS avec les participants : En saluant l’initiative de la mise en place du cadre d’appui aux producteurs visant la conformité des produits aux règlementations SPS entre autres, il a fait savoir que dans le passé, le Comité SPS avait proposé des plans d’action d’encadrement mais qui n’ont pas été exécutés, faute de budgets.

Les participants à la réunion ont considéré que ces plans d’actions devraient être relancés par la plate-forme sous analyse.

IMG 1573Les participants à la réunion

Des filières à potentiel d’exportation

Après introduction et commentaires, les participants ont procédé à l’analyse des filières à potentiel d’exportation, qui devraient faire objet d’appui à travers un plan d’action à rédiger, en fonction des besoins respectifs.

Pour certaines filières, les participants ont noté que leur développement devrait commencer en amont, en proposant des projets de remplacement des anciennes variétés en dégénérescence.

S’agissant des besoins, l’approche logique retenue par les participants a été l’organisation d’une étude qui devrait déterminer l’état des lieux et les besoins pour chaque filière.

A cet égard, les participants ont noté la possibilité d’existence de quelques études sur des filières qui pourraient servir de source d’information et d’inspiration pour la proposition de plans d’action susceptibles de répondre aux besoins réels.

Ainsi il a été demandé à tous les intervenants de procéder à la consultation des études disponibles et proposer des projets de plans d’actions à soumettre à l’autorité avant juin 2020.

Pour les filières nécessitant des études sur les états des lieux, les projets seront également proposés et inscrits dans les plans d’action. 

Du cadre légal de collaboration

Les participants ont unanimement décidé que la plate-forme soit formalisée par un Mémorandum d’Entente (MOU) qui régira le cadre de collaboration.

A cet égard, il a été désigné une commission de 5 personnes, chargées de proposer un projet de MOU à remettre pour signature au plus tard le 10 avril 2020.

En conclusion, les participants se sont convenus de se concerter dans les structures respectives pour analyser les besoins et proposer des plans d’actions à valider dans les travaux de la plate-forme, lors de la réunion prévue le 15 avril 2020.