POSSIBLE

IMPOSSIBLE

Le Guichet Unique de Création d’Entreprise, sise à l’Agence de Promotion des Investissements, accueille chaque jour, plusieurs entrepreneurs venant des contrées différentes et ayant des divers objectifs pour leurs projets. Tous ces créateurs de sociétés ont tous en commun, un engouement pour l’entreprenariat ainsi qu’une forte envie, doublée d’un espoir de réussir. Cependant le parcours et les moyens ne sont jamais les mêmes. En outre, ces derniers ne peuvent pas à coup sûr déterminés, les chances de réussite.

Ici nous voudrions partager avec nos lecteurs, le parcours exceptionnel de M. François-Xavier HABONIMANA, né en 1984 sur la Colline MUKORO en Commune Bugendana, Province Gitega. Il est un jeune entrepreneur qui a su forcer le destin, de 50F obtenu auprès de sa mère, il est maintenant le promoteur de plusieurs groupes de développement. Son expérience sert de modèle pour tout entrepreneur surtout les jeunes à qu’il conseille de travailler en association afin de s’auto développer car « l’union fait la force ».Il nous a révélé  cela le 11 mai 2018,  lorsqu’il était venu au Guichet Unique de création des sociétés pour enregistrer une coopérative dénommée Coopérative polyvalente des vendeurs pour l’auto développement  au Burundi (CO.PO.VE.DE.BU).

François-Xavier M. François-Xavier HABONIMANA avec M. Jean Marie BUKWARE, Chef de Service Guichet Unique de création des sociétés a l'API

Ce jeune entrepreneur n’a pas seulement un parcours exceptionnel dans les affaires. En effet, pendant la guerre civile  , il était élève au Lycée du Lac Tanganyika en 3ème année du cycle supérieur des humanités générales mais a dû interrompre ses études, en 1997, pour rejoindre des milliers des jeunes burundais dans la lutte armée afin de faire régner une vraie démocratie au Burundi. A la fin de la guerre, en 2005, il a été démobilisé ; et a donc repris son état de civil comme un simple citoyen.

Son parcours devient inhabituel, lorsqu’il décide de placer les indemnités reçues en tant qu’ancien combattant sur un compte bancaire et d’utiliser cet argent pour retourner à l’école et payer sa scolarité. M. HABONIMANA a terminé ses études  secondaires au Lycée municipal de Kamenge en section scientifique B, avant de suivre la formation pédagogique à Rushubi en province Bujumbura. Il est actuellement étudiant à l’Université Polytechnique de Gitega en deuxième année, dans la faculté de développement communautaire

M. HABONIMANA a commencé ses activités économiques dès le bas âge grâce à une somme de 50FBU que sa mère lui avait remis pour acheter des arachides. Au lieu de les consommer, il a épargné cette somme et l’a complété avec de l’argent issu de la collecte des grains de café. En tout, il a commencé ses activités d’entreprenariat avec un capital de 75 FBU en vendant des cigarettes et des arachides. A la fin de ses études pédagogiques, Il a fondé une association des vendeurs de téléphones mobiles et leurs accessoires (AVTMABU). Cette association est, depuis le 24 juin 2013 agréée par l’ordonnance ministérielle No.530/878 et compte 300 membres.

Par ailleurs, M. François - Xavier HABONIMANA a aussi indiqué qu’accompagné de 55 autres démobilisés de la Commune Bugendana, ils ont créé une association dénommée « TURIME IVYAMWA TWORORE KIJAMBERE » dans l’objectif de créer des activités génératrices de revenus pour faire vivre leurs familles et développer leur localité. Ladite association, au mois de septembre 2017, a reçu un don de 10.000.000 FBU de la part de l’administration communale. Grâce à ce don, leur association a acheté des vaches, distribuées à raison d’une vache par groupe de 4 personnes démobilisées. Après un certain temps, chaque membre reçoit une vache. En effet lorsqu’une des vaches donne naissance à un veau, le premier bénéficiaire  donne ce veau au suivant du groupe et ainsi de suite jusqu’ servir tous les membres. De plus, grâce au financement reçu, cette association a acheté 150 poules pondeuses et depuis le mois d’avril 2018 ils ont déjà commencé à vendre les œufs. 

 « J’invite tous les Burundais, surtout les jeunes de se mettre dans les associations. Le travail anoblit l’homme. J’apprécie aussi la mesure du Gouvernement du Burundi d’interdire l’ouverture des bistrots avant quinze heures », a-t-il tenu à préciser, ajoutant que « les Burundais doivent changer des mentalités, ce n’est pas le gros capital qui est nécessaire pour faire le business, mais l’utilisation rationnelle de ce que l’on peut avoir », a conclu Mr François Xavier HABONIMANA.

Newsletter N⁰20

Chers lecteurs, la Newsletter N⁰20 version française et anglaise est disponible maintenant.

Cliquez sur la photo pour consulter

Newsletter 20 VF

 

 

Click on the picture to read

Newsletter 20 vA

Vous pouvez consulter toutes les Newsletters sur ce lien Newsletters

Visitors from South Africa briefed on numerous investment opportunities available in Burundi

Visitors from South Africa briefed on numerous investment opportunities available in Burundi

A delegation from the Department of mineral resources in the Republic of South Africa led by Mr. Andries MOATSHE who is the Chief Director of Mine Environment Management, on Friday 27th April 2018 visited the Burundi Investments Promotion Authority API. The purpose of the visit was to exchange information on the various investments opportunities that Burundi has in general and in the mining sector in particular.

Delegation

The delegation from the Department of mineral resources in the Republic of South Africa 

Mr. Léonard SENTORE, the API Chief Executive Officer welcomed the delegation and wished them a pleasant stay in Burundi and a good travel to their homeland upon the completion of their visit to Burundi. The API’s CEO told them that Burundi Government has enacted legal frameworks that enable investments to be sustainable. He, for instance mentioned the incentives that are granted to investors in accordance with the Investments Code. He thus, called upon the visitors to go and sensitize their counterparts South African Investors to come and invest in Burundi.

CEO

Mr. Léonard SENTORE, the API Chief Executive Officer

Mr. Esaie NTIDENDEREZA, the Head of the Investments Promotion Division at API presented the overview of the country and the various opportunities that can attract foreign investors.  Amongst those sectors, mining could attract South African investors since Burundi has numerous natural resources that are still unexploited.During discussions, the South African visitors said they were impressed by the many investments opportunities that can attract the South African investors and invited Burundi to bring this wealthy information to South Africa and raise public awareness on the business that can be developed between the two countries. They are open to go share what they have learned with their fellow South Africans so that South Africa and Burundi can establish and develop strong business and investment partnership.

Mr. MOATSHE said that South African investors would like investing in mining sector, though energy was still a challenge since this sector requires much energy while exploiting the mineral resources.Responding to a such concern about the energy deficiency, the API’s CEO Mr. Léonard SENTORE said that the Government of Burundi was aware of it and that efforts were being made to increase the energy quantity and seemingly till 2020 the energy would be sufficient.

The visitors also wanted to now the API’s vision on advertising the good image of Burundi.  Mr. Esaie NTIDENDEREZA told them that this was among the mission of API, and that the Burundi Investment Promotion Authority has got a five- year Strategic Plan 2017-2022 that will undoubtedly promote the investment opportunities. An ideal undertaking would be translating wishes into action and plan, in in few months ahead, API promotion visit to South Africa to present the various opportunities to investors.

Concerning the security on profit transfer, the API’s CEO said that the current Burundi legislation facilitates such financial repatriation and the prevailing currency shortage in the economy is progressively being sorted out. He revealed the country has set up measures aimed at increasing diversified export in order to bring in currencies. One of the measures is to increase the production including in the mining sector.

The meeting concluded that there is a need of strengthening the investment partnership between Burundi and South Africa wherein the two countries will be benefiting from exchanging trade related information as well as investment assistance and experience.

Group Photo

Group Photo

Une table ronde de mobilisation des fonds pour la mise en œuvre du Plan Stratégique 2017-2022 de l’API

Une table ronde de mobilisation des fonds pour la mise en œuvre du Plan Stratégique 2017-2022 de l’API

En date du 17 avril 2018, l’Agence burundaise de Promotion des Investissements (API), sous le haut patronage du Ministre à la Présidence chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan, Monsieur Serge NDAYIRAGIJE, a organisé une table ronde de mobilisation des fonds pour la mise en œuvre de son Plan Stratégique 2017-2022. Ladite table ronde a eu lieu à Bujumbura, dans les enceintes de l’Hôtel Source du Nil.

Etaient présents à cet événement des Partenaires Techniques et Financiers, des Représentants du Gouvernement et du secteur privé. Parmi eux, l’on peut citer les représentants de la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement (BAD), l’USAID ainsi que ceux des ambassades accréditées à Bujumbura tels que l’Ambassade de Chine, l’Ambassade du Kenya, l’Ambassade de la République Arabe d’Egypte, l’Ambassade de la République Sud-africaine. Les hauts cadres de la Présidence de la République du Burundi et des deux vice-présidences de la République et de certains ministères ont également pris part à cette table ronde. Le secteur privé était représenté par la Chambre Fédérale du Commerce et de l’Industrie au Burundi (CFCIB).

CEO

Monsieur Léonard SENTORE, Directeur de l’API

Dans son allocution d’accueil, le Directeur de l’API, Monsieur Léonard SENTORE a informé les participants qu’un audit de l’image externe et organisationnelle de l’Agence a été réalisé de même qu’une analyse des forces, faiblesses, opportunités et menaces. « Aujourd’hui l’API se veut encore une fois plus performant en offrant des services de proximité aux investisseurs et surtout en approchant les petites et moyennes entreprises naissantes, particulièrement celles de l’intérieur du pays. Cela exige beaucoup de moyens techniques et financiers supérieurs au budget alloué chaque année. », a-t-il affirmé.

Selon le Directeur Léonard SENTORE, la mise en application du plan stratégique de l’API sur les 5 ans nécessite un budget de 16 millions de dollars américains en vue de s’acquitter convenablement de sa mission envers les investisseurs et d’assurer la modernisation de l’institution pour se hausser au rang des autres API au niveau sous régional et régional. Il a en outre précisé que la structure de l’Agence s’est consolidée au fur du temps par l’élargissement du personnel et la création de nouveaux services, toujours dans le souci d’être en phase avec la réalité de l’environnement actuel des affaires et de mieux être au service de l’investisseur. L’API est devenue un des acteurs incontournables dans le développement socio-économique du pays à travers des résultats notables aussi bien dans la promotion des investissements Directs Etrangers que des investisseurs nationaux.

MINBGP

Monsieur Serge NDAYIRAGIJE, Ministre à la Présidence de la République chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan

Le Ministre à la Présidence de la République chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan, Monsieur Serge NDAYIRAGIJE, a prononcé le discours d’ouverture des travaux, en rappelant que l’API est une institution publique au service du secteur privé et qui sert de pont entre le public et le privé au regard de sa noble et importante mission. De ce fait, l’API mérite un appui technique et financier de la part des partenaires afin de rejoindre l’effort du Gouvernement du Burundi pour attirer des investissements fiables et durables.

Selon le Ministre ayant le plan dans ses attributions, après 8 ans d’existence, l’environnement de l’API ne cesse d’être en mutation. Les contraintes économiques s’accentuent face aux attentes diverses des investisseurs et exportateurs locaux et internationaux d’où des efforts doivent être conjugués par le Gouvernement du Burundi, les partenaires et amis du Pays. Il a continué en disant que le plan stratégique 2017-2022 de l’API propose des nouvelles orientations. Il fait une analyse de la situation passée de l’Agence et présente les activités en cours et propose une stratégie d’intervention prioritaire, un plan d’actions et un budget prévisionnel des activités pour cinq ans. C’est un instrument qui servira de base à l’API pour la mobilisation des ressources nécessaires. Il a alors lancé un appel aux partenaires techniques et financiers pour qu’ils appuient techniquement et financièrement la mise en œuvre de ce plan qui, sans nul doute permettra de tirer la croissance de la richesse nationale, de lutter contre le chômage et d’assurer le développement technologique.

CFCIB

Monsieur Denis NSHIMIRIMANA, le Secrétaire Général de la CFCIB

Monsieur Denis NSHIMIRIMANA, le Secrétaire Général de la CFCIB, lors de son intervention a tenu à signaler que la CFCIB salue la récente signature de l'ordonnance ministérielle conjointe revoyant à la baisse les frais d'enregistrement des entreprises de 140.000 FBU à 40.000 FBU. Cela va encourager la création de beaucoup de Petites et Moyennes entreprises.  Il a révélé que la collaboration entre l’API et le secteur privé est une réalité. Il a souhaité que cette Agence soit soutenue et financée car plus l'on booste l’API, plus l'on booste le secteur privé.

A la fin de la journée, des promesses de soutien pour la mise en œuvre du plan stratégique ont eu lieu, ainsi que des stratégies pour une mobilisation d’autres fonds ont été proposés.