Une table ronde de mobilisation des fonds pour la mise en œuvre du Plan Stratégique 2017-2022 de l’API

Une table ronde de mobilisation des fonds pour la mise en œuvre du Plan Stratégique 2017-2022 de l’API

En date du 17 avril 2018, l’Agence burundaise de Promotion des Investissements (API), sous le haut patronage du Ministre à la Présidence chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan, Monsieur Serge NDAYIRAGIJE, a organisé une table ronde de mobilisation des fonds pour la mise en œuvre de son Plan Stratégique 2017-2022. Ladite table ronde a eu lieu à Bujumbura, dans les enceintes de l’Hôtel Source du Nil.

Etaient présents à cet événement des Partenaires Techniques et Financiers, des Représentants du Gouvernement et du secteur privé. Parmi eux, l’on peut citer les représentants de la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement (BAD), l’USAID ainsi que ceux des ambassades accréditées à Bujumbura tels que l’Ambassade de Chine, l’Ambassade du Kenya, l’Ambassade de la République Arabe d’Egypte, l’Ambassade de la République Sud-africaine. Les hauts cadres de la Présidence de la République du Burundi et des deux vice-présidences de la République et de certains ministères ont également pris part à cette table ronde. Le secteur privé était représenté par la Chambre Fédérale du Commerce et de l’Industrie au Burundi (CFCIB).

CEO

Monsieur Léonard SENTORE, Directeur de l’API

Dans son allocution d’accueil, le Directeur de l’API, Monsieur Léonard SENTORE a informé les participants qu’un audit de l’image externe et organisationnelle de l’Agence a été réalisé de même qu’une analyse des forces, faiblesses, opportunités et menaces. « Aujourd’hui l’API se veut encore une fois plus performant en offrant des services de proximité aux investisseurs et surtout en approchant les petites et moyennes entreprises naissantes, particulièrement celles de l’intérieur du pays. Cela exige beaucoup de moyens techniques et financiers supérieurs au budget alloué chaque année. », a-t-il affirmé.

Selon le Directeur Léonard SENTORE, la mise en application du plan stratégique de l’API sur les 5 ans nécessite un budget de 16 millions de dollars américains en vue de s’acquitter convenablement de sa mission envers les investisseurs et d’assurer la modernisation de l’institution pour se hausser au rang des autres API au niveau sous régional et régional. Il a en outre précisé que la structure de l’Agence s’est consolidée au fur du temps par l’élargissement du personnel et la création de nouveaux services, toujours dans le souci d’être en phase avec la réalité de l’environnement actuel des affaires et de mieux être au service de l’investisseur. L’API est devenue un des acteurs incontournables dans le développement socio-économique du pays à travers des résultats notables aussi bien dans la promotion des investissements Directs Etrangers que des investisseurs nationaux.

MINBGP

Monsieur Serge NDAYIRAGIJE, Ministre à la Présidence de la République chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan

Le Ministre à la Présidence de la République chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan, Monsieur Serge NDAYIRAGIJE, a prononcé le discours d’ouverture des travaux, en rappelant que l’API est une institution publique au service du secteur privé et qui sert de pont entre le public et le privé au regard de sa noble et importante mission. De ce fait, l’API mérite un appui technique et financier de la part des partenaires afin de rejoindre l’effort du Gouvernement du Burundi pour attirer des investissements fiables et durables.

Selon le Ministre ayant le plan dans ses attributions, après 8 ans d’existence, l’environnement de l’API ne cesse d’être en mutation. Les contraintes économiques s’accentuent face aux attentes diverses des investisseurs et exportateurs locaux et internationaux d’où des efforts doivent être conjugués par le Gouvernement du Burundi, les partenaires et amis du Pays. Il a continué en disant que le plan stratégique 2017-2022 de l’API propose des nouvelles orientations. Il fait une analyse de la situation passée de l’Agence et présente les activités en cours et propose une stratégie d’intervention prioritaire, un plan d’actions et un budget prévisionnel des activités pour cinq ans. C’est un instrument qui servira de base à l’API pour la mobilisation des ressources nécessaires. Il a alors lancé un appel aux partenaires techniques et financiers pour qu’ils appuient techniquement et financièrement la mise en œuvre de ce plan qui, sans nul doute permettra de tirer la croissance de la richesse nationale, de lutter contre le chômage et d’assurer le développement technologique.

CFCIB

Monsieur Denis NSHIMIRIMANA, le Secrétaire Général de la CFCIB

Monsieur Denis NSHIMIRIMANA, le Secrétaire Général de la CFCIB, lors de son intervention a tenu à signaler que la CFCIB salue la récente signature de l'ordonnance ministérielle conjointe revoyant à la baisse les frais d'enregistrement des entreprises de 140.000 FBU à 40.000 FBU. Cela va encourager la création de beaucoup de Petites et Moyennes entreprises.  Il a révélé que la collaboration entre l’API et le secteur privé est une réalité. Il a souhaité que cette Agence soit soutenue et financée car plus l'on booste l’API, plus l'on booste le secteur privé.

A la fin de la journée, des promesses de soutien pour la mise en œuvre du plan stratégique ont eu lieu, ainsi que des stratégies pour une mobilisation d’autres fonds ont été proposés.